Taux de CO2 V.7

La carte grise d’un véhicule regorge d’informations en tout genre. Il peut parfois être difficile de s’y retrouver. Les équipes d’experts agréés LaCarteGriseEnLigne.fr vous proposent d’en savoir plus sur votre certificat d’immatriculation, case par case. Dans cet article, nous vous invitons à découvrir la case V.7, indiquant le taux d’émission de CO2.

Pourquoi le taux d’émission de CO2 des véhicules est important ?

Le dérèglement climatique se fait de plus en plus ressentir année après année. L’activité humaine en est l’une des causes principales. Face aux préoccupations environnementales et à la hausse de la conscience écologique des citoyens français, l’État met en place depuis plus d’une décennie des plans d’action pour la préservation de la planète.

  • Le secteur du transport représente environ un tiers des émissions de gaz à effet de serre en France. Le CO2, s’il n’est pas le seul fautif, a une grande part de responsabilité dans le réchauffement climatique. 

L’effet de serre, et son impact sur le climat, entraîne de nombreuses conséquences sur la faune, la flore, et les catastrophes naturelles impactant les humains directement tels que la fonte des glaces et la hausse du niveau de la mer. Le taux d’émission de CO2 rejeté par les véhicules est donc particulièrement inspecté et régulé. 

Ou trouver le taux de CO2 sur une carte grise ?

La carte grise d’un véhicule est remplie d’informations. Afin de pouvoir toutes les faire figurer sur une même page pour une lisibilité plus claire, chaque rubrique est dotée d’un sigle.

  • Le taux de CO2 est noté dans la case portant le sigle V.7. Celui-ci se trouve dans la section “informations environnementales“, en bas du document.
  • Non loin se trouve la case V.9, faisant référence à la norme Euro du véhicule, qui est intimement lié à son taux d’émission de CO2.

Quel est le taux de CO2 des véhicules électriques ?

Les véhicules électriques sont une belle avancée technologique en matière de respect de l’environnement. Ces véhicules ne rejettent en effet aucun CO2, ni aucun autre gaz à effet de serre. Cependant, leur fabrication implique des matériaux polluants, et il y a donc un impact écologique à la fabrication de véhicules électriques.

Comment est calculé le taux de CO2 ?

Le calcul du taux de CO2 n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît ! En effet, un moteur ne rejette pas autant de CO2 et autres particules fines en conditions réelles ou en laboratoire. Ainsi, au fil des années, la méthodologie de calcul du rejet de CO2 s’affine, et les normes se succèdent.

La norme NEDC

La norme NEDC a été mise en place en 1973 dans le but de quantifier le taux de rejet de CO2 de façon précise et reproductible. Cet acronyme signifie New European Driving Cycle, ou Nouveau Cycle Européen de Conduite en français. Il s’agit d’une batterie de tests tentant de reproduire des conditions de circulation réelles. Sur une durée de 20 minutes, les véhicules sont testés en conditions urbaines et périurbaines. Cependant, la norme NEDC offre bien trop de limitations. La vitesse maximale du test n’est que de 120 km/h, et il est en général assez facile pour un constructeur d’améliorer les résultats de ses véhicules. De plus, la dernière révision en date du protocole NEDC date de 1996, ce qui peine à réfléchir aux avancées technologiques récentes en matière de moteur. La norme NEDC fut officiellement arrêtée en 2018.

La norme WLTP

Afin de succéder à la norme NEDC, la norme WLTP (Worldwide Harmonised Light vehicles Test Procedure) a été mise en place. Ce protocole est bien plus en phase avec les conditions de conduite réelles. Le temps et la distance de test sont allongés, la vitesse de pointe plus grande, et un soin tout particulier a été apporté aux détails de conduite, tel que l’utilisation de la climatisation, un gonflage non optimisé, et une batterie  en charge moyenne. Cette norme a permis de mettre en évidence que de nombreux véhicules présents sur le marché étaient en fait bien plus polluant qu’on ne le pensait.

Quel est l’impact du taux d’émission de CO2 sur le prix d’une carte grise ?

Le taux d’émission de CO2 a un impact important sur le prix d’une carte grise. Jusqu’en 2020, ce taux était présent dans le calcul de la taxe régionale, la taxe la plus coûteuse d’une immatriculation. Désormais, le taux de CO2 permet de calculer la taxe CO2, aussi appelée écotaxe.

Comment est calculée la taxe CO2 ?

La taxe CO2 est calculée selon un barème mis à jour chaque année. Les seuils et plafonds se resserrent, poussant les constructeurs à produire des véhicules moins polluants. Ce barème exponentiel peut s’avérer très coûteux, allant jusqu’à 30 000 € de taxe pour les véhicules les plus polluants. Le barème de la taxe CO2 en cours est entré en vigueur au 1er juillet 2021. 

À savoir : Pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre article consacré à la taxe CO2.

Les véhicules de plus de 10 ans doivent-ils payer la taxe CO2 ?

Le taux de CO2 des véhicules de plus de 10 ans n’est pas pris en compte pour la taxe CO2. Ceux-ci en sont exemptés, afin de ne pas défavoriser les foyers aux budgets limités qui ne pourraient pas se permettre d’acheter un véhicule neuf.

Comment le taux d’émission de CO2 influe-t-il l’attribution de la vignette Crit’Air ?

Tous les véhicules, quel que soit leur âge, peuvent se voir dotés d’une vignette Crit’Air. Cette vignette permet la circulation de véhicules en Zone de Faibles Émissions (ZFE).

  • Seuls les véhicules équipés des vignettes Crit’Air adéquat peuvent rouler dans ces zones lors de pics de pollution, qui sont majoritairement des grandes agglomérations.

L’attribution de vignette Crit’air se fait par rapport au taux de CO2 rejeté. Les véhicules pollueurs sont donc grandement désavantagés et restreints dans leurs mouvements, une tendance qui risque de s’accroître dans les années à venir.

Menu